5 démarches incontournables pour créer sa boite

5 démarches incontournables pour créer sa boite

Après plusieurs mois de réflexion intensive, votre projet de société est enfin sur le point de se concrétiser. Cependant, êtes-vous bien certain d’avoir tout prévu pour que ce lancement se passe au mieux ? Certains entrepreneurs un peu trop pressés négligent en effet des démarches pourtant indispensables à la bonne santé de leur projet. Voici une petite piqûre de rappel !

Identifier les aides financières

Exonération de charges sociales, réduction d’impôt sur le revenu, accre, fonds d’investissement, subvention régionale, prêt à taux zéro, fonds de garantie, prêt d’honneur, aide à la formation, crédit solidaire, plateforme de crowdfounding… les aides publiques et privées pour financer son projet d’entreprise ne manquent pas. Encore faut-il les connaître pour pouvoir en profiter ! Renseignez-vous auprès de votre CCI pour obtenir une liste exhaustive des aides auxquelles vous pouvez prétendre dans le cadre de votre création d’entreprise.

La majorité de ces aides financières sont néanmoins accordées aux créateurs selon des critères très stricts : solidité et nature du projet, profil du créateur, région ou secteur d’implantation de l’entreprise, impact sur le plan local…

Notre conseil : avant d’aller frapper à la porte d’une banque ou de tout autre organisme pour solliciter une aide financière, nous vous conseillons vivement d’élaborer un business plan solide pour prouver la viabilité de votre projet d’entreprise.

Ouvrir un compte bancaire professionnel

Toute personne souhaitant créer sa société doit impérativement ouvrir un compte professionnel uniquement dédié à son activité. Le but est que toutes les opérations comptables concernant la société soient bien séparées du compte personnel du créateur. En l’absence de compte dédié, les SA, SARL, SAS et EURL ne peuvent d’ailleurs pas se faire immatriculer.

Notre conseil : l’ouverture d’un compte professionnel peut s’avérer couteuse, ce qui pousse certains entrepreneurs à ouvrir un compte en leur nom propre. Il s’agit cependant d’un choix risqué, prompt à éveiller les soupçons, et qui plus est, rarement accepté par les banques.

Faire appel à un avocat

La vie d’une entreprise est rythmée par de nombreuses formalités, notamment au moment de sa création. Faire appel à un avocat au plus tôt, c’est s’assurer de choisir la structure la mieux adaptée et d’être accompagné à chaque étape de son projet.

Choisir un avocat - Création d'entreprise

Faites appel à un bon avocat avant même le lancement de votre entreprise

Par ailleurs, n’oubliez que seul un avocat peut vous garantir des statuts et des documents légaux (contrats, mentions légales, CGV…) inattaquables sur le plan juridique.

Notre conseil : renseignez-vous préalablement sur la disponibilité de l’avocat avec lequel vous souhaitez collaborer. Il est en effet essentiel que vous puissiez traiter avec une personne disponible, surtout dans une période aussi importante que celle-ci.

Choisir un cabinet comptable

Les formalités comptables peuvent s’avérer plus ou moins complexes, en fonction du statut juridique choisi. Ainsi, si les micro-entrepreneurs bénéficient de formalités allégées, ce n’est pas le cas des SARL, SAS et autres SA. Ces sociétés doivent en effet jongler entre leur comptabilité courante, la tenue de leur livre d’inventaire, l’établissement de leurs comptes annuels (bilan comptable, compte de résultat, annexes légales) et leurs diverses déclarations…

À moins d’avoir les compétences en interne, le recours à un cabinet comptable est donc indispensable pour se tenir à jour et éviter de commettre des erreurs préjudiciables.

Le conseil d’Expert Contact : ne vous jetez pas sur le premier cabinet comptable venu ! Au-delà de la réputation du cabinet et son professionnalisme, critères évidemment essentiels, votre choix doit également se baser sur votre ressenti personnel. Votre « feeling » est d’autant plus déterminant lorsque vous devez choisir entre plusieurs cabinets équivalents.

S’assurer pour protéger son entreprise et ses salariés

On recense un grand nombre d’assurances différentes ; certaines obligatoires, d’autres facultatives, mais vivement conseillées. Elles permettent par exemple au dirigeant de protéger juridiquement son entreprise en cas d’accident survenu dans ses locaux, de perte de données, d’attaque informatique, ou encore en cas de litige avec un client ou un salarié. Par exemple, la location de bureau dans un espace de coworking vous oblige à souscrire à une assurance risques locatifs.

Depuis peu, l’employeur a également pour obligation de souscrire un contrat de mutuelle collective afin de proposer une couverture sociale complémentaire à ses salariés.

Notre conseil : ne vous focalisez uniquement pas sur les contrats les moins onéreux en espérant réaliser quelques économies. La priorité est avant tout de souscrire un contrat couvrant l’ensemble de vos besoins !

Catégories de l’article : Entrepreneuriat,
D’autres articles sur le blog parlent de : Bureau partagé, Startup, TPE / PME,