Beemoov : le jeu d’entreprendre avec JP Tessier

Beemoov : le jeu d’entreprendre avec JP Tessier

Jean-Philippe Tessier est à la tête de Beemoovun studio d’édition de jeux gratuits sur navigateurs et mobiles. Beemoov fait partie de ces belles réussites nantaises qu’on souhaitait vous faire découvrir dans cette section réservée justement aux pépites nantaises.

Au travers de cette interview, Jean-Philippe nous raconte son parcours et ce qui l’a amené jusqu’à la création de Beemoov. Jean-Philippe est un gamer pas comme les autres.

1) Bonjour Jean-Philippe, peux-tu nous parler de ton parcours avant Beemoov ?

Petit, j’aimais beaucoup jouer aux jeux vidéos, mais déjà je commençais à programmer et jouer avec des vieux ordinateurs, type Amstrad CPC 464 ou intel 286, 386, 486 pour ceux qui ont connu les vieux écrans monochrome ou 16 couleurs !

Jean-Philippe Tissier

Jean-Philippe Tessier – CEO de Beemoov

J’ai suivi des études en informatique, et après ma licence 3, je pensais continuer en master mais avec mon associé Benoit Guihard, nous avons lancé notre société en prestation de services l’été 2006 qui s’appelait à l’époque “web-expect”. Ceci a mis mon 1er pas dans l’entrepreneuriat sans jamais avoir eu d’expérience en tant que salarié.

2) Comment t’es venu l’idée de créer cette société ? 

Avec mon associé, nous avions toujours été passionné par le numérique et le web. Notre société de prestation de services ainsi que notre passé de gamers nous a naturellement attiré par la création de jeux et services en ligne.

3) T’inspires-tu des autres réussites nantaises ? As-tu une société modèle à Nantes ?

Beemoov à 10 ans et il y avait peu de réseau ou de réussites nantaises à l’époque. Nous avons été dans les premiers adhérents d’Atlantic 2.0 lors de sa création et vécu les 1er cafés numériques aux Flesselles ! C’était une période très stimulante ou tout commençait à bouillonner sans savoir quelle forme pourrait prendre tel ou tel projet !

4) Si tu devais nous parler de l’un de vos jeux en particulier ? Lequel choisirais-tu et pourquoi ?

« Amour Sucré »  sans aucun doute, c’est beaucoup plus qu’un jeu, c’est aujourd’hui une licence qui se développe très bien à l’international avec plus d’une dizaine de langues ; mais aussi, elle s’est très bien matérialisé à travers des artbooks et des mangas passant par des figurines et autres goodies !

5) L’industrie française du jeu vidéo reste assez fragile ? Qu’est-ce qui explique votre réussite ?

Nous avons réussi à créer des licences fortes, un peu de chance, un peu d’intuition et du travail. Aujourd’hui dans le secteur il y a beaucoup de gens très passionnés sans réfléchir au marché/marketing ou aux modèles économiques.

6) Dernière question : es-tu également joueur de ton côté ? As-tu un jeu vidéo favori ?

Hahaha ! Aujourd’hui plus beaucoup … juste une vieille passion, j’y joue depuis plus de 20 ans : Civilisation ! Je suis sur la dernière version 6 qui me perturbe un peu, mais j’ai tellement adoré ce jeu et toutes ses versions, je ne compte pas le temps de fou que j’ai pu passé dessus !

Catégories de l’article : L'histoire des p'tits LU,
D’autres articles sur le blog parlent de : TPE / PME,