L’entreprise humaniste : améliorez la relation client

L’entreprise humaniste : améliorez la relation client

Pour beaucoup de salariés, les notions d’entreprise et d’humanisme sont en totale contradiction. S’il est vrai qu’il peut paraître surprenant de parler de bienveillance, de bonheur et de coopération dans un secteur où la compétition est souvent particulièrement rude, c’est sans compter sur le désir de certains chefs d’entreprise de faire primer les intérêts humains sur les intérêts économiques.

Le bonheur dans l’entreprise : une utopie ?

À en croire certains économistes, il existerait une catégorie d’entreprises qui échapperait en partie au dictat des marchés économiques. Des entreprises où la solidarité, la bienveillance, le bonheur et le bien-être des salariés seraient bien plus que des slogans publicitaires.

D’après ces mêmes observateurs, le secret de ces entreprises qui se qualifient ouvertement d’« humanistes » résiderait dans le passage à un nouveau modèle de management, centré sur l’humain plus que sur le profit. Cependant, à l’heure où les entreprises des grandes puissances doivent faire face à un contexte de crise financière des plus incertains, parler de bonheur en entreprise peut paraître dérisoire. Et pourtant !

Bonheur entreprise

Laissez place au bonheur et au bien-être en entreprise

Les chefs d’entreprises qui mènent une politique humaniste ont compris que la performance ne se mesurait pas exclusivement en fonction du profit réalisé : elle doit également inclure les dimensions sociale et écologique ! En toute logique, ces entreprises font appel au sens moral et à la responsabilité des personnes plutôt qu’aux menaces de sanction et à la surveillance à outrance.

Dans ce contexte bienveillant, les employés trouvent bien plus facilement du sens à leur travail et deviennent naturellement les ambassadeurs des valeurs incarnées par leur entreprise.

La bienveillance au profit de la relation client

Lorsqu’une entreprise décide de faire primer le bien-être de ses collaborateurs sur la satisfaction de ses actionnaires, les salariés ne sont pas les seuls à y gagner au change. En effet, comme chacun le sait, le client est de plus en plus exigeant et attentif au respect des valeurs véhiculées par l’entreprise à qui il décide d’accorder sa confiance.

Bienveillance

La bienveillance au profit de la relation client

Avec internet, il devient très simple de nuire à la réputation d’une entreprise en postant une vidéo démontrant les mauvaises conditions de travail des employés. Pendant que certaines grosses compagnies dépensent énormément d’argent pour tenter de colmater les fuites qui pourraient s’avérer désastreuses pour leur image publique, d’autres mettent en œuvre d’authentiques actions positives envers leurs salariés et l’environnement.

Évidemment, quelques entreprises pratiquent le « social washing » dans le but de redorer leur blason à peu de frais, sans véritablement s’investir dans une démarche concrète ou même pire, en menant des actions qui sont à l’opposé de leur discours. Cependant, ces tromperies sont en général rapidement démasquées.

Des recherches menées sur l’entreprise humaniste

En 2013, dans L’entreprise humaniste : le management par les valeurs, Jacques Horovitz, fondateur de Châteauform’, racontait ce qui l’avait mené à imaginer une entreprise « conduite par les valeurs plutôt que par les règles ». Il fut l’un des premiers à comprendre qu’il était possible d’imaginer une entreprise qui fonctionne autrement, pour le plus grand intérêt des employés, des clients et de la société dans son ensemble.

Jacques Lecompte, spécialiste de la psychologie positive, s’est lui aussi récemment intéressé au sujet de l’entreprise humaniste dans son ouvrage Les entreprises humanistes, paru en février 2016. Il y développe entre autres l’idée que la véritable entreprise humaniste ne doit pas rendre heureux ses salariés dans le seul but de les rendre plus performants, mais qu’au contraire, c’est la recherche de la performance, qui n’est pas juste économique, qui doit devenir la véritable source de bien-être.

Catégories de l’article : Management,
D’autres articles sur le blog parlent de : Grandes entreprises, TPE / PME,