Startup : protégez-vous des jaloux !

Startup : protégez-vous des jaloux !

Vous venez d’avoir une idée géniale, celle d’un projet qui pourrait révolutionner tout un pan de la consommation, rendre le monde meilleur et/ou vous mettre à l’abri du besoin pour le reste de votre vie ? Au-delà d’investir votre start-up et vos collaborateurs dans son futur développement, vous allez dans un premier temps devoir apprendre à protéger votre idée.

De l’idée à la start-up, quelques étapes indispensables

Les créatifs sont partout ! De la musique en passant par le textile et les inventions nécessaires à notre quotidien, certains révolutionnent la société parfois pour des générations. Pourtant aujourd’hui il ne suffit plus d’être inventeur pour être à l’origine d’un nouveau produit. Il faut tout à la fois se faire chef d’entreprise, juriste et même publicitaire. Ainsi monter une start-up pour défendre votre idée demande beaucoup d’investissement tant en termes de temps que de compétences, ou de financement. Après avoir vérifié la viabilité de votre idée par la création d’un business plan, il vous faudra choisir un statut pour votre entreprise ou les faire rédiger par un professionnel. Viendra ensuite le temps de la recherche de locaux, ou celle de votre intégration à un incubateur. L’ensemble de ces tâches jalonnera bien souvent la chasse aux investisseurs.

En clair, les débuts d’une start-up s’ils ne sont pas toujours semés d’embûches ne sont pas de tout repos, et ne vous laisseront que peu de temps pour déposer le brevet lié à votre idée. Une démarche pourtant incontournable si vous souhaitez la sauvegarder.

Comment protéger une invention et qu’est-ce qu’un brevet ?

Encore aujourd’hui et peut-être même à plus forte raison, le dépôt de brevet est absolument indispensable à la protection de vos idées. Il suffit de voir dans quel procès sans fin se sont lancés les deux géants Samsung et Apple, pour en avoir une idée. Dans un premier temps faites réaliser une étude de brevetabilité par un cabinet professionnel. Celui-ci va déterminer si votre invention peut être protégée par un brevet, et si elle en possède les caractéristiques. Les experts évalueront votre création du point de vue juridique et du point de vue de l’innovation. Une fois cette étape réalisée avec succès, votre brevet pourra être rédigé par un professionnel comme le Conseiller en Propriété Industrielle et Intellectuelle, ou l’Agent de Brevet. Vient enfin l’étape finale du dépôt à réaliser auprès de l’INPI pour un brevet français, ou de l’OEB pour un brevet européen. C’est uniquement au prix de tous ces efforts que votre invention ne pourra plus vous être dérobée en toute impunité.

Vous trouvez toutes ces démarches compliquées ? Heureusement pour vous les entreprises de la LegalTech sont de plus en plus nombreuses à vouloir vous faciliter la vie. Celles-ci mettent à votre service leurs logiciels d’automatisation et de simplification des services juridiques tant au niveau des documents que des procédures. En France, YesMyPatent vous propose d’ailleurs son concept de brevet en trois clics, étude de brevetabilité, dépôt et gestion des extensions à l’international. N’oubliez pas que sans accompagnement par des professionnels expérimentés dans le dépôt de brevet, vous risquez de voir votre demande refusée lors de l’examen de votre dossier.

Ces grandes inventions qui ont manqué d’un brevet solide

Si les inventeurs devenus célèbres au fil des siècles ne manquent pas, les usurpateurs sont également légion.

Prenons l’exemple de Thomas Edison référencé comme inventeur, scientifique et industriel américain par Wikipédia. C’est pourtant une information controversée, et certains n’hésitent pas à affirmer qu’il s’agit en réalité d’un des plus grands imposteurs de l’histoire. La chaise électrique, la caméra, le générateur à rayon X ou encore le phonographe qui lui sont attribués reviennent en réalité à Harold P. Brown, William Dickson, Wilhelm Röntgen, et Édouard-Léon Scott de Martinville. Même Nikola Tesla aurait fait partie de ses « victimes ».

Thomas Edison est considéré comme l'un des plus grands imposteurs de l'histoire ! Click To Tweet

De même en 1851, Issac Singer commercialise pour la première fois la machine à coudre du même nom. Or depuis 1846 un brevet est déjà enregistré au nom d’Elias Howe, lequel obtient le partage des bénéfices tirés de la vente des machines après avoir fait valoir ses droits lors d’un procès.

Du reste pour être tout à fait précis, Walter Hunt semble être le véritable inventeur de la machine à coudre. Malheureusement pour lui, il n’avait pu déposer le brevet à l’époque faute d’avoir eu l’argent nécessaire. Encore aujourd’hui le dépôt d’un brevet est un acte payant de même que sa rédaction et l’ajout, bien que facultatif, d’extensions géographiques visant à la protection de l’invention

Vous l’aurez compris, il est particulièrement important de préserver votre idée notamment sur le plan juridique, mais il n’est pas pour autant nécessaire de sombrer dans la paranoïa. Partez du principe qu’au XXIe siècle il est peu d’idées qui n’aient pas déjà été exploitées, et trouvez les partenaires de confiance qui vous aideront à développer votre projet et à promouvoir votre start-up. Prendre soin de valider les étapes incontournables du dépôt de brevet ou de marque, permet de protéger votre création de la copie et de la contrefaçon tout en vous offrant le laps de temps nécessaire à son développement. Enfin, pour les plus inquiets cette démarche vous permettra de parler librement de votre projet autour de vous sans craindre le vol de l’invention.

Catégories de l’article : Entrepreneuriat,
D’autres articles sur le blog parlent de : Startup, Ubérisation,