Les valeurs du coworking

Face au développement galopant du coworking, les acteurs du domaine ont rapidement ressenti la nécessité de définir un cadre précis à ce mouvement global. Après avoir longuement réfléchi à la question, quelques figures emblématiques du coworking comme Alex Hillman, Chris Messina ou Julia Ferguson, ont finalement défini cinq valeurs au coworking : la durabilité, l’accessibilité, l’ouverture, la communauté et la coopération.

Des piliers qui sont autant de repères pour les créateurs d’espaces de coworking qui voudraient se lancer dans l’aventure.

La durabilité

Commençons d’emblée par un terme qu’il n’est pas forcément toujours facile à saisir. Dans son acception principale, qui concerne le domaine environnemental, la « durabilité » caractérise ce qui est « conçu pour durer ». En français, on emploie parfois le mot « soutenabilité » pour qualifier cette même idée.

Dans le contexte du coworking, il s’agit de réfléchir à la conception d’espaces écoresponsables, dont l’impact environnemental est maitrisé. Il n’est finalement pas étonnant si une large part des espaces actuels est née d’une réappropriation d’environnements déjà existants, qu’il s’agisse d’usines désaffectées, de locaux commerciaux inutilisés ou d’étages de bureaux d’affaires qui n’avaient jusqu’alors pas trouvé preneur.

Mais cette notion de durabilité ne s’arrête pas là à cette seule considération environnementale. Pour Julia Ferguson, de Cowork Frederick, la contribution de chacun et la collaboration sont des démarches constructives qui profitent tout aussi durablement à la communauté des coworkers.

L’accessibilité

Par principe, un espace de coworking est un lieu ouvert à tous. C’est très exactement ce qui le rend « accessible ». En outre, Alex Hillman, de Indy Hall, fait remarquer une autre spécificité qui a son importance : l’espace de coworking est l’un des seuls endroits dans le monde où chaque personne présente est là par choix.

La conséquence directe de cela est que, comme l’espace de coworking est un environnement choisi et non subi, il devient tout naturellement un lieu rempli de positivité, et donc propice à la productivité.

L’ouverture

À l’image du mouvement de l’Open Source qui repose sur les principes de liberté, de transparence et d’interopérabilité, le coworking est lui aussi un environnement fondamentalement ouvert.

Remarquons d’ailleurs que, s’il repose et promeut un certain nombre de valeurs, le coworking n’est néanmoins ni une marque déposée ni un concept breveté qui le réserverait d’emblée à une certaine catégorie de personnes. Par conséquent, libre à celles et ceux qui le souhaitent de créer leur propre espace en piochant parmi les idées déjà développées ailleurs.

La communauté

Les interactions multiples, les échanges d’expériences, les coups de main dans les moments difficiles, les collaborations qui font naître des projets, les repas partagés ensemble, les fous rires qui ponctuent le quotidien, l’organisation d’événements qui forgent les réseaux… Les coworkers forment une communauté ouverte à toutes celles et tous ceux qui en partagent les valeurs.

Sans cette communauté qui lui permet de se développer et qui lui donne tout son sens, l’espace de coworking ne serait finalement qu’une belle coquille vide.

La coopération

Dans les entreprises traditionnelles, certains salariés gardent jalousement leurs connaissances pour eux-mêmes, sans doute par crainte de perdre ce qui fait leur force dans l’entreprise. Cet état d’esprit « verrouillé », qui peut aisément s’expliquer par un environnement interne concurrentiel et une pression hiérarchique toujours omniprésente, aboutit bien rarement à des résultats constructifs.

Le coworking renverse ce modèle en proposant un environnement bienveillant où la coopération est le maitre-mot. Les travailleurs indépendants ou les salariés qui intègrent un espace de coworking sont mus aussi bien par la volonté de partager leurs connaissances que celle d’apprendre des autres.

Pour aller plus loin :